Recherche juridique

Recherche juridique
sources
Décisions
Chroniques
Normes
Mots-Clés
Afin d'affiner votre recherche, vous pouvez :

Vous pouvez rechercher par mots clés (contenus dans le titre et le contenu de l'article) toutes les décisions, chroniques, normes et commentaires présents sur le site. Par défaut, les articles trouvés contiennent au moins un des mots clés

Afin d'affiner votre recherche, vous pouvez :

  • ajouter un + entre deux mots-clés (sans espace avant le deuxième mot) pour que tous les articles trouvés contiennent les deux mots.
Exemple : faute +dolosive. Tous les articles trouvés contiendront ces 2 mots.
  • ajouter un - avant le deuxième mot clé (sans espace avant le deuxième mot) ce qui exclura les articles le comportant.
Exemple : faute -dolosive.  Tous les articles contiendront le mot "faute" sans contenir le mot "dolosive".
  • encadrer votre recherche de guillemets (") pour rechercher une expression exacte.
    Exemple : "faute dolosive". Tous les articles contenant cette expression apparaîtront.
Glossaire

Un épisode de plus de la série sur la réception partielle

décision 2 févr. 2017   |   3ème Chambre civile

Cet arrêt non publié et -à l'instant où nous publions cette brève- disponible sur le seul site de la Cour de cassation (et pas encore sur legifrance) certes affirme le principe de l'unicité de la réception mais interroge surtout sur l'acception qu'a la Cour de cassation de l'expression usuellement consacrée.

En effet, la 3ème chambre civile, tire dudit principe qu'il "ne peut y avoir réception partielle à l'intérieur d'un même lot", ce qui impliquerait implicitement mais nécessairement qu'elle n'entend pas revenir sur le principe selon lequel "la réception partielle par lots n'est pas prohibée par la loi" (voir notamment Cass.3e civ. 22 juin 2011) mais qu'elle entend y apporter une limite.

En résumé, s'il peut y avoir des réceptions partielles par lots (mais dont on ne connait toujours pas les conséquences...), la Haute Cour précise qu'on ne saurait aller trop loin et admettre qu'à l'intérieur même d'un même lot, il puisse y avoir des réceptions partielles par taches/prestations distinctes.

Etait il dans ces conditions utile de d'entamer son dernier attendu par "En raison du principe d'unicité de la réception..." alors que la Cour de cassation continue de considérer que la réception par lots n'est pas prohibée par la loi ? Il aurait sans doute été plus juste d'écrire "En raison du principe d'unicité de la réception par lots..." mais alors on en aurait perdu son latin. En somme, la Haute Cour a privilégié l'ambiguïté à une franche contradiction...

Extrait : 

"Demandeur(s) :M. Thierry X... ; et autre
 4°/ que faute d’avoir recherché si, comme le soutenaient M. et Mme X..., les principaux désordres n’étaient apparus que postérieurement à la réception, de sorte qu’ils n’avaient pu exercer aucune influence sur la volonté des parties à l’acte du 13 juin 2008, la cour d’appel a privé sa décision de base légale au regard de l’article 1792-6, alinéa 1er, du code civil ;
Mais attendu qu’en raison du principe d’unicité de la réception, il ne peut y avoir réception partielle à l’intérieur d’un même lot ; qu’ayant relevé que la pièce, présentée comme procès-verbal de réception et établie par l’entreprise JPM rénovation, qui ne concernait que les travaux de menuiseries et de fermetures et se voulait être un procès-verbal de réception avec réserves des lots 6 et 14, comportait la mention manuscrite “non réceptionné” en face d’un certain nombre d’éléments, la cour d’appel en a exactement déduit une absence de réception de ces lots, de sorte que la responsabilité décennale des constructeurs ne pouvait être mise en oeuvre, et a, par ces seuls motifs, légalement justifié sa décision ;
Par ces motifs :
REJETTE le pourvoi ;"


Source : Cass. 3e civ., 2 février 2017, n° 14-19279, 2017:C300143

Source complète : Cass. 3e civ., 2 février 2017, n° 14-19279, Bull.


A rapprocher :

  • Cour d'appel, Paris, Pôle 4, chambre 5, 26 Mars 2014 – n° 12/17159
  • Cour d'appel, Poitiers, 1re chambre civile, 10 Janvier 2014 - n° 12/01887

glossaire
Réception
L’article 1792-6 du Code civil dispose : « La réception est l'acte par lequel le maître de l'ouvrage déclare accepter l'ouvrage avec ou sans réserves. Elle intervient à la demande de la partie la plus diligente, soit à l'amiable, soit à défaut judiciairement. Elle est, en tout état de cause, prononcée contradictoirement ». Elle est soit expresse lorsqu’elle résulte d’une décision expresse du maître de l’ouvrage, et bien qu’aucun formalisme particulier ne soit imposé (elle prend le plus souvent la forme d’u procès-verbal de réception) ; soit tacite et résulte alors d’un comportement du maître de l’ouvrage qui exprime sa volonté non équivoque de recevoir l’ouvrage (le plus souvent, on s’intéressera au paiement ou non du solde du marché, à la prise de possession éventuelle de l’ouvrage et à l’existence de griefs/réserves exprimés par le maître d’ouvrage ; soit judiciaire de l’ouvrage lorsque le juge la prononce s’il estime que l’ouvrage est objectivement en état d’être reçu. A la différence de la réception expresse ou tacite qui n’impose pas l’achèvement de l’ouvrage, la réception judiciaire suppose que l’ouvrage soit en état d’être reçu.
"Un sac vide tient difficilement debout."